1. Gabriel Attal : «LR est en train de devenir l'école des fans du RN»  Libération
  2. Covid-19: Attal annonce que le "quoi qu'il en coûte" va céder la place au "quoi qu'il arrive"  Yahoo Actualités
  3. Covid-19 : "Nous passons du 'quoi qu'il en coûte' au 'quoi qu'il arrive'", annonce Gabriel Attal  Actu Orange
  4. Covid-19 : l'épidémie en recul dans le Sud-Ouest et au niveau national, un "soulagement" pour le gouvernement  LaDepeche.fr
  5. Covid-19. Le gouvernement veut passer du « quoi qu’il en coûte au quoi qu’il arrive »  Ouest-France
  6. Voir la couverture complète sur Google Actualités
Interrogé par «Libé», le porte-parole du gouvernement défend le fait qu’«un électeur de gauche a plus de raisons de soutenir Emmanuel Macron aujourd’hui qu’en 2017» et appelle à «réinventer» le front républicain face à l'extrême droite.Interrogé par «Libé», le porte-parole du gouvernement défend le fait qu’«un électeur de gauche a plus de raisons de soutenir Emmanuel Macron aujourd’hui qu’en 2017» et appelle à «réinventer» le front républicain face à l'extrême droite.

Gabriel Attal : «LR est en train de devenir l’école des fans du RN» – Libération

Selon le porte-parole du gouvernement, cette stratégie a permis de "sauver des millions d'emploi, des centaines de milliers d'entreprises et le pouvoir d'achat des Français".Selon le porte-parole du gouvernement, cette stratégie a permis de "sauver des millions d'emploi, des centaines de milliers d'entreprises et le pouvoir d'achat des Français".

fr.news.yahoo.com

Le porte-parole du gouvernement et le ministre de l'Economie ont salué la reprise "forte" de l'économie française. Cette reprise va se traduire par une adaptation des aides aux entreprises qui seront "ciblées sur les secteurs les plus touchés" par la crise. C'est "le début de la fin du 'quoi qu'il en coûte'". Annoncé au début de la crise sanitaire, au printemps 2020, par Emmanuel Macron, le "quoi qu'il en coûte" va laisser la place au "quoi qu'il arrive", a annoncé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal mercredi 9 juin, à l'issue du conseil des ministres hebdomadaire. "Le président de la République a indiqué en propos liminaire du conseil des ministres que la priorité du gouvernement pour les prochaines semaines doit être l'accompagnement des secteurs économiques. Nous passons, a-t-il dit, du 'quoi qu'il en coûte', au 'quoi qu'il arrive', avec un accompagnement qui s'adapte à la reprise d'activité dans chacun des secteurs et pour chacune des entreprises", a expliqué Gabriel Attal. Alors que ce mercredi marque le début d'une nouvelle étape du déconfinement du pays, le porte-parole du gouvernement s'est félicité de la reprise économique. "Grâce aux réformes mises en place depuis le début du quinquennat et au 'quoi qu'il en coûte' qui a sauvé des millions d'emplois, des centaines de milliers d'entreprises et le pouvoir d'achat des Français, l'économie repart, elle repart fort, elle repart mieux", a-t-il souligné.  Invité dans la matinée sur RMC et BFMTV, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'était également réjoui du rebond de la consommation depuis la levée d'un certain nombre de restrictions sanitaires, le 19 mai dernier. "Le retour de l'activité est très fort", a-t-il souligné, indiquant que "l'activité française en matière de consommation" était de "+15% en moyenne par rapport à la même période en 2019". Cette reprise de l'économie tricolore va se traduire par une adaptation des aides aux entreprises qui seront "ciblées sur les secteurs les plus touchés" par la crise, en particulier les hôtels, bars et restaurants, a précisé le locataire de Bercy. "C'est le début de la fin du 'quoi qu'il en coûte' avec une clause de rendez-vous fin août pour s'assurer que personne ne rencontre de difficultés majeures", a indiqué Bruno Le Maire. Le porte-parole du gouvernement et le ministre de l'Economie ont salué la reprise "forte" de l'économie française. Cette reprise va se traduire par une adaptation des aides aux entreprises qui seront "ciblées sur les secteurs les plus touchés" par la crise. C'est "le début de la fin du 'quoi qu'il en coûte'". Annoncé au début de la crise sanitaire, au printemps 2020, par Emmanuel Macron, le "quoi qu'il en coûte" va laisser la place au "quoi qu'il arrive", a annoncé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal mercredi 9 juin, à l'issue du conseil des ministres hebdomadaire. "Le président de la République a indiqué en propos liminaire du conseil des ministres que la priorité du gouvernement pour les prochaines semaines doit être l'accompagnement des secteurs économiques. Nous passons, a-t-il dit, du 'quoi qu'il en coûte', au 'quoi qu'il arrive', avec un accompagnement qui s'adapte à la reprise d'activité dans chacun des secteurs et pour chacune des entreprises", a expliqué Gabriel Attal. Alors que ce mercredi marque le début d'une nouvelle étape du déconfinement du pays, le porte-parole du gouvernement s'est félicité de la reprise économique. "Grâce aux réformes mises en place depuis le début du quinquennat et au 'quoi qu'il en coûte' qui a sauvé des millions d'emplois, des centaines de milliers d'entreprises et le pouvoir d'achat des Français, l'économie repart, elle repart fort, elle repart mieux", a-t-il souligné.  Invité dans la matinée sur RMC et BFMTV, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'était également réjoui du rebond de la consommation depuis la levée d'un certain nombre de restrictions sanitaires, le 19 mai dernier. "Le retour de l'activité est très fort", a-t-il souligné, indiquant que "l'activité française en matière de consommation" était de "+15% en moyenne par rapport à la même période en 2019". Cette reprise de l'économie tricolore va se traduire par une adaptation des aides aux entreprises qui seront "ciblées sur les secteurs les plus touchés" par la crise, en particulier les hôtels, bars et restaurants, a précisé le locataire de Bercy. "C'est le début de la fin du 'quoi qu'il en coûte' avec une clause de rendez-vous fin août pour s'assurer que personne ne rencontre de difficultés majeures", a indiqué Bruno Le Maire.

Covid-19 : "Nous passons du 'quoi qu'il en coûte' au 'quoi qu'il arrive'", annonce Gabriel Attal

Lors du compte-rendu du Conseil des ministres ce mercredi 9 juin, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement a annoncé que les signaux de reprise de l'épidémie dans le Sud...Lors du compte-rendu du Conseil des ministres ce mercredi 9 juin, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement a annoncé que les signaux de reprise de l'épidémie dans le Sud-Ouest évoquée la semaine dernière sont en...

www.ladepeche.fr

ouest-france.fr

Interrogé sur Europe 1, le porte-parole du gouvernement s'est dit «très confiant» sur les semaines à venir en ajoutant qu'il convient de «rester très vigilants».Interrogé sur Europe 1, le porte-parole du gouvernement s'est dit «très confiant» sur les semaines à venir en ajoutant qu'il convient de «rester très vigilants».

Covid-19 : l'objectif des 30 millions de primo-vaccinés sera «franchi avec quelques jours d'avance», estime Gabriel Attal

Alors que le premier tour des régionales a lieu dans douze jours, Gabriel Attal, porte-parole du Gouvernement, était l'invité d'Europe 1. "On jette toutes nos forces dans la bataille du premier tour", a-t-il dit, mais si le RN venait à arriver en tête, il serait envisageable de mélanger les candidats des listes majoritaires face à lui.Alors que le premier tour des régionales a lieu dans douze jours, Gabriel Attal, porte-parole du Gouvernement, était l'invité d'Europe 1. "On jette toutes nos forces dans la bataille du premier tour", a-t-il dit, mais si le RN venait à arriver en tête, il serait envisageable de mélanger les candidats des listes majoritaires face à lui.

Régionales : LREM réfléchit à des "pistes" pour "réinventer le front républicain", dit Attal