1. PMA pour toutes: des députés LR lancent la charge en commission à l'Assemblée nationale  BFMTV.COM
  2. Loi bioéthique : la GPA sème le trouble dans le débat  FRANCE 24
  3. Les députés rejettent la PMA post-mortem de justesse  Actu Orange
  4. L'article à lire pour tout comprendre du projet de loi de bioéthique  franceinfo
  5. Marion Maréchal manifestera contre l’extension de la PMA et la légalisation de la GPA  Le Figaro
  6. Voir la couverture complète sur Google Actualités
Avant même d'entamer les travaux sur les articles du projet de loi sur la bioéthique, en présence des trois principaux ministres concernés, plusieurs élus Les Républicains ont protesté sur la méthode de la commission spéciale chargée d'examiner le texte. Selon sa présidente, il lui faudra 140 heures pour le décortiquer.Avant même d'entamer les travaux sur les articles du projet de loi sur la bioéthique, en présence des trois principaux ministres concernés, plusieurs élus Les Républicains ont protesté sur la méthode de la commission spéciale chargée d'examiner le texte. Selon sa présidente, il lui faudra 140 heures pour le décortiquer.

PMA pour toutes: des députés LR lancent la charge en commission à l'Assemblée nationale

Vidéo - Les députés ont rejeté de justesse mercredi en commission des amendements visant à autoriser la PMA post-mortem. Ces amendements devaient permettre...Vidéo - Les députés ont rejeté de justesse mercredi en commission des amendements visant à autoriser la PMA post-mortem. Ces amendements devaient permettre...

Vidéo - Les députés rejettent la PMA post-mortem de justesse - Le Point

Le recours à un tiers donneur connu par un couple en vue d'une PMA est une pratique qui existe. Non prévue dans le projet de loi Bioéthique, certains souhaitent la voir encadrée.Le recours à un tiers donneur connu par un couple en vue d'une PMA est une pratique qui existe. Non prévue dans le projet de loi Bioéthique, certains souhaitent la voir encadrée.

PMA: qu'est-ce que le don dirigé, réclamé par certaines associations? | Le Huffington Post

Après deux semaines d’audition, les 72 députés de la commission spéciale entament, mardi, l’examen du projet de loi bioéthique. Au Parlement et dans la rue, en dépit de divisions, la droite n’est pas près de déposer les armes.Après deux semaines d’audition, les 72 députés de la commission spéciale entament, mardi, l’examen du projet de loi bioéthique. Au Parlement et dans la rue, en dépit de divisions, la droite n’est pas près de déposer les armes.

Contre la PMA, l’opposition s’aiguise à droite

You have been blocked

<div class="test-main-image image-container" data-format="" data-id="1" data-style=""> <div class="image-container"> <img src="https://img.aws.la-croix.com/2019/09/10/1301046553/echantillons-sperme-conserves-cuves-azote-liquide-Centre-etude-conservation-oeufs-sperme-CECOS-hopital-Femme-Mere-Enfant-Lyon-25-Mars-2010_0_729_839.jpg" alt="GPA, PMA post-mortem... Les lignes rouges de la future loi de bio&eacute;thique"> <a class="imageZoomTrigger" image-carousel-trigger="zoom"> <i class="icon-camera"></i> </a> <div class="article-info-area"> <div class="image-info-icon"></div> <div class="article-info-caption"> <figcaption> <p class="under-picture">Des &eacute;chantillons de sperme conserv&eacute;s dans des cuves d'azote liquide au Centre d'&eacute;tude et de conservation des oeufs et du sperme (CECOS) &agrave; l'h&ocirc;pital Femme-M&egrave;re-Enfant de Lyon le 25 Mars 2010 / AFP/Archives</p> </figcaption> </div> </div> </div> </div> <p>La PMA pour toutes oui, la GPA et la PMA post-mortem non: le gouvernement a fixé des lignes rouges qu'il ne veut pas franchir dans la loi de bioéthique, dont l'examen en commission à l'Assemblée a débuté mardi avant le débat dans l'hémicycle à partir du 24 septembre.</p><p>- GPA: la question qui fâche</p><p>L'ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires est la mesure emblématique de la future loi. Mais le gouvernement le martèle: pas question d'autoriser la GPA (gestation pour autrui), c'est-à-dire le recours aux mères porteuses, que ce soit pour les couples hétéros ou les hommes homosexuels.</p><p>Ce point est très sensible, car les adversaires de la PMA pour toutes jugent qu'elle amènera immanquablement, tôt ou tard, à une autorisation de la GPA.</p><p>"L'ouverture de l'assistance médicale à la procréation (AMP, nom officel de la PMA, ndlr) est absolument sans incidence sur l'interdiction de la gestation pour autrui, qui est antinomique des grands principes bioéthiques auxquels nous sommes attachés", a assuré la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, mardi lors de l'examen du texte en commission.</p><p>Si la GPA reste "totalement prohibée" en France, le gouvernement veut clarifier "l'état du droit" pour les enfants français nés à l'étranger grâce à cette technique, a indiqué le ministère de la Justice.</p><p>Il prépare pour cela une circulaire qui tiendra compte d'une importante décision de la Cour de cassation, attendue à partir de fin septembre.</p><p>- PMA post-mortem: avis partagés</p><div class="test-main-image image-container" data-format="" data-id="2" data-style=""> <div class="image-container"> <img src="https://img.aws.la-croix.com/2019/09/10/1301046553/Si-GPA-reste-totalement-prohibee-France-gouvernement-clarifier-droit-enfants-francais-etranger-grace-cette-technique_1_729_722.jpg" alt="GPA, PMA post-mortem... Les lignes rouges de la future loi de bio&eacute;thique"> <a class="imageZoomTrigger" image-carousel-trigger="zoom"> <i class="icon-camera"></i> </a> <div class="article-info-area"> <div class="image-info-icon"></div> <div class="article-info-caption"> <figcaption> <p class="under-picture">Si la GPA reste "totalement prohib&eacute;e" en France, le gouvernement veut clarifier "l'&eacute;tat du droit" pour les enfants fran&ccedil;ais n&eacute;s &agrave; l'&eacute;tranger gr&acirc;ce &agrave; cette technique / AFP/Archives</p> </figcaption> </div> </div> </div> </div> <p>Dans la mesure où la PMA sera ouverte aux femmes célibataires, certains députés jugeraient logique de permettre la PMA post-mortem.</p><p>Une femme dont le conjoint est mort après avoir fait congeler son sperme pourrait utiliser ce sperme pour concevoir un enfant par PMA, ou se faire implanter un embryon conçu avec les gamètes du couple puis congelé avant le décès de l'homme.</p><p>"Il y a un certain nombre de risques pour la construction de l'enfant", a objecté Mme Buzyn lundi soir lors de son audition par les députés.</p><p>Selon elle, le "poids du deuil" crée une situation "évidemment" différente de celle d'une femme célibataire désireuse de faire une PMA grâce au sperme d'un donneur anonyme. Dans le cas d'une PMA post-mortem, "il pourrait y avoir une forme de transfert de l'image paternelle vers l'enfant".</p><p>Les députés LREM, qui défendront une quinzaine d'amendements au projet de loi en commission cette semaine, sont partagés sur la question.</p><p>"Il n'y a pas de consigne de vote", a déclaré Aurore Bergé, responsable du texte pour le groupe LREM avec Guillaume Chiche.</p><p>- DPI: le risque de "l'eugénisme"</p><p>Le DPI, pour diagnostic préimplantatoire, consiste à rechercher une anomalie génétique grave chez un embryon avant de l'implanter dans l'utérus d'une femme ayant recours à une PMA.</p><p>Il est aujourd'hui autorisé pour des familles où une maladie génétique grave bien précise est déjà présente. Or, des députés et des médecins souhaitent que toutes les femmes faisant une PMA puissent bénéficier d'un DPI, pour rechercher plusieurs anomalies génétiques.</p><p>"C'est une dérive eugénique claire", a dénoncé Mme Buzyn, selon laquelle cela aboutirait à "une société qui triera les embryons".</p><p>Pour généraliser le DPI, il faudrait déterminer "quelles sont les maladies qu'on ne souhaite plus voir vivre", a-t-elle souligné. Avant de s'interroger: "Qui décide? Les médecins, des chercheurs, les familles?"</p><p>"Si on autorise cela (...), tous les couples qui font des enfants par voie naturelle se diront +moi aussi j'ai droit à un enfant sain+ et s'engageront dans une démarche de PMA de façon à disposer de tests génétiques à la recherche d'anomalies", a-t-elle craint.</p><p>- Euthanasie: hors sujet</p><p>Des amendements avaient été déposés pour que l'euthanasie et la fin de vie soient incluses dans le projet de loi de bioéthique, mais le débat ne sera même pas ouvert: ils ont été déclarés irrecevables car sans rapport avec le projet de loi.</p><p>La fin de vie "ne relève pas de la bioéthique" car elle pose des questions "d'éthique pure qui font toujours l'objet de lois à part", avait fait valoir Mme Buzyn lundi soir.</p><p>En l'occurrence, la fin de vie relève de la loi Claeys-Leonetti de 2016. Ce texte interdit l'euthanasie et le suicide assisté mais autorise l'arrêt des traitements d'un patient en cas "d'obstination déraisonnable".</p><p>"La loi Claeys-Leonetti répond en très grande partie à des inquiétudes des Français quant à leur capacité d'avoir une fin de vie apaisée", selon Mme Buzyn.</p><div class="test-main-image image-container" data-format="" data-id="1" data-style=""> <div class="image-container"> <img src="https://img.aws.la-croix.com/2019/09/10/1301046553/echantillons-sperme-conserves-cuves-azote-liquide-Centre-etude-conservation-oeufs-sperme-CECOS-hopital-Femme-Mere-Enfant-Lyon-25-Mars-2010_0_729_839.jpg" alt="GPA, PMA post-mortem... Les lignes rouges de la future loi de bio&eacute;thique"> <a class="imageZoomTrigger" image-carousel-trigger="zoom"> <i class="icon-camera"></i> </a> <div class="article-info-area"> <div class="image-info-icon"></div> <div class="article-info-caption"> <figcaption> <p class="under-picture">Des &eacute;chantillons de sperme conserv&eacute;s dans des cuves d'azote liquide au Centre d'&eacute;tude et de conservation des oeufs et du sperme (CECOS) &agrave; l'h&ocirc;pital Femme-M&egrave;re-Enfant de Lyon le 25 Mars 2010 / AFP/Archives</p> </figcaption> </div> </div> </div> </div> <p>La PMA pour toutes oui, la GPA et la PMA post-mortem non: le gouvernement a fixé des lignes rouges qu'il ne veut pas franchir dans la loi de bioéthique, dont l'examen en commission à l'Assemblée a débuté mardi avant le débat dans l'hémicycle à partir du 24 septembre.</p><p>- GPA: la question qui fâche</p><p>L'ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires est la mesure emblématique de la future loi. Mais le gouvernement le martèle: pas question d'autoriser la GPA (gestation pour autrui), c'est-à-dire le recours aux mères porteuses, que ce soit pour les couples hétéros ou les hommes homosexuels.</p><p>Ce point est très sensible, car les adversaires de la PMA pour toutes jugent qu'elle amènera immanquablement, tôt ou tard, à une autorisation de la GPA.</p><p>"L'ouverture de l'assistance médicale à la procréation (AMP, nom officel de la PMA, ndlr) est absolument sans incidence sur l'interdiction de la gestation pour autrui, qui est antinomique des grands principes bioéthiques auxquels nous sommes attachés", a assuré la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, mardi lors de l'examen du texte en commission.</p><p>Si la GPA reste "totalement prohibée" en France, le gouvernement veut clarifier "l'état du droit" pour les enfants français nés à l'étranger grâce à cette technique, a indiqué le ministère de la Justice.</p><p>Il prépare pour cela une circulaire qui tiendra compte d'une importante décision de la Cour de cassation, attendue à partir de fin septembre.</p><p>- PMA post-mortem: avis partagés</p><div class="test-main-image image-container" data-format="" data-id="2" data-style=""> <div class="image-container"> <img src="https://img.aws.la-croix.com/2019/09/10/1301046553/Si-GPA-reste-totalement-prohibee-France-gouvernement-clarifier-droit-enfants-francais-etranger-grace-cette-technique_1_729_722.jpg" alt="GPA, PMA post-mortem... Les lignes rouges de la future loi de bio&eacute;thique"> <a class="imageZoomTrigger" image-carousel-trigger="zoom"> <i class="icon-camera"></i> </a> <div class="article-info-area"> <div class="image-info-icon"></div> <div class="article-info-caption"> <figcaption> <p class="under-picture">Si la GPA reste "totalement prohib&eacute;e" en France, le gouvernement veut clarifier "l'&eacute;tat du droit" pour les enfants fran&ccedil;ais n&eacute;s &agrave; l'&eacute;tranger gr&acirc;ce &agrave; cette technique / AFP/Archives</p> </figcaption> </div> </div> </div> </div> <p>Dans la mesure où la PMA sera ouverte aux femmes célibataires, certains députés jugeraient logique de permettre la PMA post-mortem.</p><p>Une femme dont le conjoint est mort après avoir fait congeler son sperme pourrait utiliser ce sperme pour concevoir un enfant par PMA, ou se faire implanter un embryon conçu avec les gamètes du couple puis congelé avant le décès de l'homme.</p><p>"Il y a un certain nombre de risques pour la construction de l'enfant", a objecté Mme Buzyn lundi soir lors de son audition par les députés.</p><p>Selon elle, le "poids du deuil" crée une situation "évidemment" différente de celle d'une femme célibataire désireuse de faire une PMA grâce au sperme d'un donneur anonyme. Dans le cas d'une PMA post-mortem, "il pourrait y avoir une forme de transfert de l'image paternelle vers l'enfant".</p><p>Les députés LREM, qui défendront une quinzaine d'amendements au projet de loi en commission cette semaine, sont partagés sur la question.</p><p>"Il n'y a pas de consigne de vote", a déclaré Aurore Bergé, responsable du texte pour le groupe LREM avec Guillaume Chiche.</p><p>- DPI: le risque de "l'eugénisme"</p><p>Le DPI, pour diagnostic préimplantatoire, consiste à rechercher une anomalie génétique grave chez un embryon avant de l'implanter dans l'utérus d'une femme ayant recours à une PMA.</p><p>Il est aujourd'hui autorisé pour des familles où une maladie génétique grave bien précise est déjà présente. Or, des députés et des médecins souhaitent que toutes les femmes faisant une PMA puissent bénéficier d'un DPI, pour rechercher plusieurs anomalies génétiques.</p><p>"C'est une dérive eugénique claire", a dénoncé Mme Buzyn, selon laquelle cela aboutirait à "une société qui triera les embryons".</p><p>Pour généraliser le DPI, il faudrait déterminer "quelles sont les maladies qu'on ne souhaite plus voir vivre", a-t-elle souligné. Avant de s'interroger: "Qui décide? Les médecins, des chercheurs, les familles?"</p><p>"Si on autorise cela (...), tous les couples qui font des enfants par voie naturelle se diront +moi aussi j'ai droit à un enfant sain+ et s'engageront dans une démarche de PMA de façon à disposer de tests génétiques à la recherche d'anomalies", a-t-elle craint.</p><p>- Euthanasie: hors sujet</p><p>Des amendements avaient été déposés pour que l'euthanasie et la fin de vie soient incluses dans le projet de loi de bioéthique, mais le débat ne sera même pas ouvert: ils ont été déclarés irrecevables car sans rapport avec le projet de loi.</p><p>La fin de vie "ne relève pas de la bioéthique" car elle pose des questions "d'éthique pure qui font toujours l'objet de lois à part", avait fait valoir Mme Buzyn lundi soir.</p><p>En l'occurrence, la fin de vie relève de la loi Claeys-Leonetti de 2016. Ce texte interdit l'euthanasie et le suicide assisté mais autorise l'arrêt des traitements d'un patient en cas "d'obstination déraisonnable".</p><p>"La loi Claeys-Leonetti répond en très grande partie à des inquiétudes des Français quant à leur capacité d'avoir une fin de vie apaisée", selon Mme Buzyn.</p>

GPA, PMA post-mortem... Les lignes rouges de la future loi de bioéthique

L’examen en commission du projet de loi bioéthique va débuter dès ce mardi à l'Assemblée nationale. Elle sera ensuite examinée dans l'hémicycle à partir du 24 septembre. Mais les débats ne datent pa...L’examen en commission du projet de loi bioéthique va débuter dès ce mardi à l'Assemblée nationale. Elle sera ensuite examinée dans l'hémicycle à partir du 24 septembre. Mais les débats ne datent pas d'hier. Depuis le 27 août dernier, de nombreux experts ont d'ores et déjà été auditionnés, des...

PMA: L’examen en commission du projet de loi bioéthique débute ce mardi

Le texte, qui prévoit notamment l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, est débattu à partir de ce mardi en commission à l’Assemblée nationale.Le texte, qui prévoit notamment l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, est débattu à partir de ce mardi en commission à l’Assemblée nati

GPA, fin de vie… Ces sujets sensibles que l’exécutif a voulu éviter dans la loi Bioéthique - Le Parisien

En France, le Parlement examine le projet de loi sur la bioéthique qui inclut l'accès à la Procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes. Ce mardi, on apprenait que le gouvernement souhaite par ailleurs que la filiation des enfants nés à l’étranger d’une Gestation pour autrui (GPA) soit reconnue. Dans les faits, cela ne sera pas automatique, a-t-il cependant précisé. Roselyne Febvre en débat avec Bruno Jeudy et David Revault-d'Allonnes.En France, le Parlement examine le projet de loi sur la bioéthique qui inclut l'accès à la Procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes. Ce mardi, on apprenait que le gouvernement souhaite par ailleurs que la filiation des enfants nés à l’étranger d’une Gestation pour autrui (GPA) soit reconnue. Dans les faits, cela ne sera pas automatique, a-t-il cependant précisé. Roselyne Febvre en débat avec Bruno Jeudy et David Revault-d'Allonnes.

Loi bioéthique : la GPA sème le trouble dans le débat [Vidéo]

Mères “sans distinction et sans hiérarchie”, les mots de la ministre de la Justice résonnent encore dans l’hémicycle de l'Assemblée Nationale. La loi sur la bioéthique est au …Mères “sans distinction et sans hiérarchie”, les mots de la ministre de la Justice résonnent encore dans l’hémicycle de l'Assemblée Nationale. La loi sur la bioéthique est au …

PMA pour toutes : le projet pour une reconnaissance des mères lesbiennes ?

La députée LR du Doubs et d'autres députés de droite sont montés au créneau d'emblée en commission de l'Assemblée Nationale contre l'ouverture de la PMA, la procréation médicalement assistées à toutes les femmes. La députée LR du Doubs et d'autres députés de droite sont montés au créneau d'emblée en commission de l'Assemblée Nationale contre l'ouverture de la PMA, la procréation médicalement assistées à toutes les femmes. 

PMA pour toutes : Annie Genevard et des députés LR montent au créneau - France 3 Bourgogne-Franche-Comté

Des débats passionnés et complexes, mais plutôt apaisés: l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, mesure phare du projet de loi bioéthique, s'apprête à passer le cap d'un premier vote en commission à l'Assemblée, malgré de vives réticences principalement chez LR.Des débats passionnés et complexes, mais plutôt apaisés: l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, mesure phare du projet de loi bioéthique, s'apprête à passer le cap d'un premier vote en commission à l'Assemblée, malgré de vives réticences principalement chez LR.

La PMA pour toutes en passe de franchir son premier obstacle à l'Assemblée

La PMA pour toutes oui, la GPA et la PMA post-mortem non : le gouvernement a fixé des lignes rouges qu’il ne veut pas franchir dans la loi de bioéthique débattue à l’Assemblée à partir du La PMA pour toutes oui, la GPA et la PMA post-mortem non : le gouvernement a fixé des lignes rouges qu’il ne veut pas franchir dans la loi de bioéthique débattue à l’Assemblée à partir du 24 septembre

GPA, PMA post-mortem, diagnostic préimplantatoire : ces lignes rouges que la loi bioéthique ne franchira pas - Sud Ouest.fr

La PMA pour toutes oui, la GPA et la PMA post-mortem non: le gouvernement a fixé des lignes rouges qu’il ne veut pas franchir dans la loi de bioéthique, dont l’examen en commission à La PMA pour toutes oui, la GPA et la PMA post-mortem non: le gouvernement a fixé des lignes rouges qu’il ne veut pas franchir dans la loi de bioéthique, dont l’examen en commission à l’Assemblée a débuté ce mardi.

Future loi de bioéthique: le gouvernement fixe les lignes rouges de la GPA et de la PMA post-mortem, l’euthanasie hors sujet - Charente Libre.fr

Des débats passionnés et complexes, mais plutôt apaisés: l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, mesure phare du projet de loi bioéthique, s’apprête à passer le cap d’un premier vote en commission à l’Assemblée, malgré de vives réticences principalement chez LR.Des débats passionnés et complexes, mais plutôt apaisés: l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, mesure phare du projet de loi bioéthique, s’apprête à passer le cap d’un premier vote en commissio…

La PMA pour toutes en passe de franchir son premier obstacle à l’Assemblée - Libération

L'Assemblée nationale française a fait sa rentrée mardi, avec un agenda chargé, notamment par l'examen en commission spéciale du projet de loi bioéthique et sa mesure emblématique, l'ouverture de la PMA à toutes les femmes.L'Assemblée nationale française a fait sa rentrée mardi, avec un agenda chargé, notamment par l'examen en commission spéciale du projet de loi bioéthique et sa mesure emblématique, l'ouverture de la PMA à toutes les femmes.

Guérilla parlementaire en France autour de la loi sur la bioéthique - rts.ch - Monde

Le débat sur l’ouverture de la PMA à toutes les femmes a été lancé. Les députés de la commission spéciale chargée de l’examen de la révision des lois de bioéthique ont examiné une centaine d’amendements portant sur l’extension de la PMA (procréation médicalement assistée) à toutes les femmes. Parmi les propositions, Les Républicains ont suggéré la création d’une clause de conscience pour les médecins. Une demande clairement refusée par Agnès Buzyn.Le débat sur l’ouverture de la PMA à toutes les femmes a été lancé. Les députés de la commission spéciale chargée de l’examen de la révision des lois de bioéthique ont examiné une centaine d’amendements portant sur l’extension de la PMA (procréation médicalement assistée) à toutes les femmes. Parmi les propositions, Les Républicains ont suggéré la création d’une clause de conscience pour les médecins. Une demande clairement refusée par Agnès Buzyn.

PMA : Agnès Buzyn exclut une clause de conscience pour les médecins | Valeurs actuelles

Actualités Population: À LA LOUPE – Si la PMA est ouverte aux couples de femmes, les donneurs de sperme risquent-ils de manquer ? Voilà ce qu'affirme en cette rentrée la Manif pour tous. Ces craintes sont-elles fondées ? Nous avons vérifié. #Population: À LA LOUPE – Si la PMA est ouverte aux couples de femmes, les donneurs de sperme risquent-ils de manquer ? Voilà ce qu'affirme en cette rentrée la Manif pour tous. Ces craintes sont-elles fondées ? Nous avons vérifié.

PMA pour toutes : doit-on craindre une pénurie de sperme si la loi est adoptée ? - LCI