1. Affaire Ghosn : le procès d'un effondrement moral ou d'une gouvernance effondrée ?  Le Figaro
  2. Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, de nouveau mis en examen par la justice japonaise, pour abus de confiance ...  franceinfo
  3. Mouna Sepehri, une proche de Ghosn, a touché 500.000 euros de l'alliance Renault-Nissan  Le HuffPost
  4. Ghosn de nouveau inculpé, la tension monte entre Renault et Nissan  Boursorama
  5. Que reproche la justice japonaise à Carlos Ghosn ?  franceinfo
  6. Voir la couverture complète sur Google Actualités

ANALYSE - Deux mois après son arrestation, Carlos Ghosn a été mis en examen une deuxième fois. Mais si l'affaire Ghosn est celle de l'effondrement moral d'un homme, il faut aussi remettre en question le fonctionnement de Nissan.

L'homme d'affaires a été inculpé une première fois, le 10 décembre, pour n'avoir déclaré que la moitié de sa rémunération de 2010 à 2015. Les faits reprochés cette fois-ci datent de 2015 à 2018.

Elle est la seule des neuf administrateurs à avoir reçu une rémunération payée, étalée sur plusieurs années.

Détenu au Japon depuis cinquante jours, le PDG de Renault, qui était aussi dirigeant de Nissan, a fait l'objet de deux nouvelles inculpations vendredi. Sa libération sous caution semble peu probable.